ACTUALITE

Publication : La mort-à-soi comme fondement de l’identité libérée

Publication : La mort-à-soi comme fondement de l’identité libérée

Par Cellule Communication ITCJ, 05-10-2015

La Sr. Thérèse Samaké, Docteure en philosophie et enseignante à l’ITCJ vient de publier aux Presses académiques francophones (Allemagne). L’ouvrage a pour titre La mort à soi comme fondement de l'identité libérée. Essai de réflexion sur l'Aufhebung hégélienne.


Selon le Pr. Dibi Kouadio Augustin (Préfacier), « Dr Samaké saisit l’identité comme identité libérée, la liberté (Freiheit) étant elle-même libération (Befreiung). La liberté dit un mouvement, non une chose. Pour reprendre une terminologie propre à Schelling, elle est nonchose (Unding). Elle s’oppose même à l’être-chose : elle est contrechose (Gegending). C’est l’unique réalité qui peut se perdre par soi-même, non par un autre. La liberté exprime la substance même de l’identité du Concept absolu cherchant à s’inscrire en figures d’histoire dans l’effectivité du monde.
L’aujourd’hui de cette effectivité est la mondialité que Dr Thérèse Samaké tente de penser dans les dernières lignes en partant de la leçon hégélienne et de l’exigence d’une vie universelle ».
Félicitations de toute la communauté académique de l’ITCJ.

 


Lien de commande :

http://www.amazon.fr/Mort-Comme-Fondement-LIdentite-Liberee/dp/3841625630

------------------------

Une recherche fondamentale

Ce travail, intitulé « La mort-à-soi comme fondement de l’identité libérée : essai de réflexion sur l’Aufhebung hégélienne », par la Dr. Thérèse Samaké, s’inscrit dans la logique hégélienne du processus historique de l’identité authentique.
Il s’agit d’un résumé de ma thèse de doctorat soutenue à l’université Catholique d’Afrique de l’Ouest, Unité Universitaire d’Abidjan, (UCAO-UUA), le 31 juillet 2011, en Côte d’Ivoire.

 


Deux raisons fondent le choix de ce thème

Première raison : comrendre l’amiguîté de notre temps

La première se justifie par notre désir de comprendre l’ambiguïté de notre temps, caractérisé à la fois par autant de succès que d’échecs dans la quête de l’identité. On constate de plus en plus l’attention particulière accordée aux droits de l’homme et surtout à la promotion de la liberté et de la dignité de la personne humaine ; et pourtant l’homme du 3ème millénaire est confronté à une véritable crise d’identité qui se traduit par la naissance des individualités sacrées et absolues ou, selon l’expression fort significative de Maalouf , des identités meurtrières, chacun se cherchant et tendant à éliminer l’autre.


Deuxième raison : lien entre philosophie, théologie et morale

La deuxième raison du choix de notre sujet est la quête d’un terrain commun entre philosophie, théologie et morale qui tienne lieu de révélation et de célébration de l’identité libérée de toute différence indifférente et de toute uniformité plate. Il ne s’agit pas de donner un sens abstrait à l’identité, mais une signification qui, d’elle-même, ne cesse de se parcourir, de se révéler, de se dire comme telle. Il s’agit de rendre l’identité à sa propre raison dans la fluidité du devenir.
Avec la logique du devenir, l’identité cesse d’être une définition ou un état de ce qui est égal à soi-même, indivis et inchangeable pour être essentiellement vie et, en tant que vie, elle est ce « déjà là et pas encore », parce que simplement devant mourir à l’immédiateté première de soi.

Ainsi est remise en cause la positivité originaire de ce qui est : ce qui est donné, n’est pas l’effectivité de la chose, car le positif ne trouve sa vérité que dans le procès du négatif, l’identité n’atteint sa certitude que sous le régime de la différence.

 


Identité et différence ou le devenir autre

L’ossature de notre problématique entend conjuguer ensemble identité et devenir-autre ou identité et différence. La recherche de la réponse à cette préoccupation nécessite l’entrée dans un rapport dialectique entre la mort et la vie, l’égalité-à-soi et le devenir-autre, le particulier et l’universel. Et le nœud de ce rapport est la sursomption, die Aufhebung qui signifie : la négation qui conserve ce qu’elle nie en l’élevant à un niveau supérieur.

 

Trois hypothèses

Trois hypothèses laissent entrevoir la base de notre entreprise.

1. La mort à soi : un art de vivre

La première hypothèse est l’attestation que la mort est cela même qui est essentielle à la vie. La véritable vie se pose dans la tragédie de la mort. Par conséquent, la mort-à-soi comme art de vivre, est la condition de possibilité de la restauration de soi, la voie par laquelle le sujet rejoint son unité originaire et parvient à la certitude de soi.


2. Identité comme mobilité, savoir absolu de soi

La deuxième hypothèse est ainsi la compréhension de l’identité comme mobilité, comme processus de devenir. La véritable identité ne peut être célébrée qu’au rythme de la négation et de la sursomption. Ainsi, de moment en moment ou d’étape en étape, l’identité devient ce qu’elle est effectivement et se solde par le savoir absolu de soi. Le savoir absolu de soi est ce moment de la vraie connaissance de soi, de la recollection du parcours effectué et surtout de la jouissance de sa liberté.


3. La liberté, apothéose de l’identité

Ainsi s’annonce la troisième hypothèse qui pose la liberté comme l’apothéose de l’identité. N’est libre que celui qui a sursumé toute immédiateté, toute altérité, qui s’est fait une présence effective dans le monde, qui s’est rendu à l’universel, se posant ainsi comme une identité libérée : identité libérée, parce que s’étant rendue présente à elle-même ; identité libérée, parce que capable de se donner une sphère objective dans la dynamique de la rationalité et de l’universalité ; identité libérée, parce qu’actrice de l’histoire universelle.

 


Thèse : l’être humain n’atteint sa vérité qu’en passant au creuset de la mort-à-soi.


Formant un tout dynamique, ces trois hypothèses fondent notre thèse selon laquelle, l’homme n’atteint sa vérité qu’en passant au creuset de la mort-à-soi. Autrement dit, l’homme par la sursomption de son immédiateté dans l’acte du mourir-à-soi, se pose identique et libre dans le monde. Ce qui est visé dans le mourir-à-soi, c’est la négation de l’être naturel et l’advenue de la vraie identité, libérée de toute finité naturelle.
Objectifs

La portée de notre thèse est : d’une part, repenser à nouveaux frais, les rapports de l’homme à lui-même et de l’homme au monde ; d’autre part, poser les bases d’une réflexion à partir des expressions de la mort-à-soi qui, aujourd’hui, pourront servir de principe pour résoudre l’épineuse problématique des crises d’identité, des conflits ethniques, des revendications sociales liées à la quête entêtée et aveuglée d’un sens propre et des intérêts égoïstes.

 


Au sommaire

Notre travail comporte trois grandes parties :

- Dans la première partie, nous analysons et établissons une analogie entre certains termes logiques et certaines expériences qui rendent comptent de la signification de la mort-à-soi. Il s’agit de penser une nouvelle appréhension de la mort comme négativité créatrice et productrice de sens et d’identité. L’Aufhebung hégélienne et la kénose chrétienne servent de lieux de compréhension de la mort comme porteuse de vérité essentielle.

- Dans la deuxième partie, l’accent est mis sur le triomphe de la mobilité. L’idée hégélienne de l’identité non seulement inclut un processus dynamique, mais aussi repose sur le principe de la différenciation. La compréhension de cette logique ne trouve sa justification que dans l’appréhension hégélienne de l’être comme mobilité. Ainsi, la remise en cause de l’immobilité de l’être, selon les Anciens, y est évoquée et nous y décrivons la genèse ou les différents moments de l’identité : l’identité immédiate, l’identité essentielle, la sursomption de l’identité essentielle ou l’identité libérée.

- Quant à la troisième partie qui nous entraîne dans l’horizon éthique, politique et universel de l’identité, elle permet d’examiner les lieux de réalisation historique de l’identité à partir de la liberté comme son contenu ou son expression propre. Cette partie se solde par une réflexion sur l’exigence d’un nouveau mode d’être au monde aujourd’hui en tant que principe de réalisation de l’identité libérée : l’élévation de soi à l’universel. Ce principe est étayé par le savoir-être, le savoir-vivre-ensemble et le savoir-faire.

 


Bref CV de l’auteure

Malienne, Thérèse SAMAKE est docteure en philosophie de l’Université Catholique d’Afrique de l’Ouest, Unité Universitaire d’Abidjan (UCAO-UUA) Côte d’Ivoire et professeure.


- De 1999-2003 : étudiante à UCAO-UUA où elle obtient une maîtrise en philosophie.

- De 2003-2005, enseignante au Lycée « Afrique-Unie » de Kayes au Mali.

- En 2006, DEA (Diplôme d’Etudes Approfondies) en philosophie à l’UCAO-UUA.

- 30 juillet 2011, Doctorat en philosophie.

 


Travaux universitaires :

1. Education et Justice dans la philosophie de Platon, Memoire de Maîtrise en philosophie, Faculté de philosophie, Université Catholique d’ Afrique de l’Ouest, Unité Universitaire d’Abidjan (UCAO-UUA), 2003

2. Individu et Totalité dans la philosophie de Hegel. Travail pour l’obtention du DEA, Faculté de philosophie, Université Catholique d’ Afrique de l’Ouest, Unité Universitaire d’Abidjan (UCAO-UUA), 2006

3. La mort-à-soi comme fondement de l’identité libérée : essai de réflexion sur l’Aufhebung hégélienne, thèse de doctorat en philosophie, Faculté de philosophie, Université Catholique d’ Afrique de l’Ouest, Unité Universitaire d’Abidjan (UCAO-UUA), Abidjan, 30 juillet 2011.

Dr. Thérèse SAMAKE
Université Catholique d’Afrique de l’Ouest (UCAO)
Unité Universitaire d’Abidjan (UUA)

 

 

A lire aussi
Programme Académique 2015-2016 (à télécharger) Programme Académique 2015-2016 (à télécharger)

Le programme académique 2015-2016 est le fruit de la réforme de l’enseignement initiée au sein de notre Institut autour du système LMD et du paradigme d’interculturalité. Il marque la croissance et la ...

Entretien - Paul Béré S.J., son regard sur l’Église d’Afrique Entretien - Paul Béré S.J., son regard sur l’Église d’Afrique

L’Église a célébré ce 18 octobre le dimanche de la Mission universelle. Un jour particulier pendant lequel les catholiques du monde entier sont invités à la prière et au partage, pour soutenir ...

Abidjan : L’institut de théologie des jésuites discute l’Encyclique Laudato si’ Abidjan : L’institut de théologie des jésuites discute l’Encyclique Laudato si’

Six chapitres, six conférenciers. L’Institut de Théologie de la Compagnie de Jésus (ITCJ) d’Abidjan a, dans le cadre des Actes Académiques, organisé le mercredi 14 octobre 2015 une conférence s ...

L’ITCJ fait honneur au Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya L’ITCJ fait honneur au Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya

Mercredi 30 septembre 2015, l’Institut de Théologie de la Compagnie de Jésus (ITCJ) à Abidjan, en Côte d’Ivoire, a organisé l'inauguration des « Conférences bibliques Cardinal Laurent Mons ...

Inauguration des Inauguration des "Conférences Bibliques Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya"

Département de recherches – Conférences Bibliques Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya

Programme

08h30    Accueil des participants
09h00    Mot du recteur (P. Yvon Elenga)

Augustin ATSIKIN ABLAM, SJ, nouveau secrétaire académique de l'ITCJ Augustin ATSIKIN ABLAM, SJ, nouveau secrétaire académique de l'ITCJ

La communauté académique de l’ITCJ a la joie d’accueillir son nouveau secrétaire académique, le Père Augustin ATSIKIN ABLAM, SJ.


Nous lui disons Akwaba et lui souhaitons un fructueux tra ...

Gestion des conflits et médiation scolaire Gestion des conflits et médiation scolaire

L’Institut de Théologie de la Compagnie de Jésus (ITCJ) a accueilli, du 21 au 25 juin 2015, trois ateliers de formation à la gestion positive des conflits et de la différence en milieu scolaire, organisés p ...

Les étudiants de l'ITCJ instruits à la bioéthique Les étudiants de l'ITCJ instruits à la bioéthique

Du 09 au 13 février, les étudiants de l’ITCJ ont bénéficié d’une session sur l’ingénierie de la vie.

Animée par le Dr. Koua, cette session a introduit les étudiants ...

Le VIIIème Colloque annuel CFMA-ITCJ : le compte-rendu Le VIIIème Colloque annuel CFMA-ITCJ : le compte-rendu

Thème : Vie consacrée en Afrique. Mémoire évangélique de l’Eglise et vocation prophétique

C’est l’académicien français Edouard Herriot qui donnait c ...

CFMA - ITCJ : Invitation au Huitième Colloque Annuel CFMA - ITCJ : Invitation au Huitième Colloque Annuel

Rév. Sœur, Rév. Père, Mme et Mr,

Le Centre de formation Missionnaire d'Abidjan (CFMA) et l'Institut de Théologie de la Compagnie de ] ésus (ITC]) sont heureux de vous inviter au Colloque Annuel, qu' ...


Retour à la Une
Plus d'articles

 

L’ITCJ fait honneur au Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya
Conférence de réception Akwaba n°10: « Regards croisés sur la théologie afriicaine »
Bibliothèque
www.jftam.edu.ci secretariat@jftam.edu.ci Contactez-nous Conception et hébergement : LIGHT TECHNOLOGIES Contactez-nous Recherches et publications Bibliothèque Programmes Admission Accueil